La musique dans la peau

Penser cet art aussi suggestif qu’évanescent ne va pas de soi. Pourtant ce n’est pas faute de la méconnaitre. La musique, on la cotoie tous les jours, et précisément, ce qu’on recherche chez elle, c’est qu’elle nous fasse effet. C’est donc qu’elle a un impact sur nous… Mais qu’est-ce qui réagit en nous, au juste?

Image-de-presantation

Catégorie: Au fil des accords

Thème: La musique

Âge: Adolescents-adultes

Type: Individuel

Niveau de langue: A2 et plus

Date de commencement: 21/06/2022

Date de soumission: 30/09/2022

Point d'interogation

.

.

.

.

Ampoule

.

.

.

.

Commentaire

.

.

.

.

Présentation

Tu as déjà pris le temps d’y penser ?
Peut-être laisses-tu s’écouler la musique en fond sonore, peut-être est-elle un cocon propice à ta rêverie. Peut-être parfois tentes-tu de te l’approprier, de suivre ses cheminements et d’en comprendre le sens. D’autres fois encore, elle te bouleverse et change ton état d’esprit pour les heures qui suivent. A peine a-t-on saisi l’émotion de ses accords…qu’ils se sont déjà évaporés. Mais l’émotion, elle, reste. Tu peux même les ré-écouter à loisir si ça te chante. Profites-en : c’est une des rares additions qui ne présentent aucun danger pour la santé ! 
Résolument ineffable, elle intervient avec efficacité quand le langage verbal, lui, est pauvre et impuissant à traduire la pensée. La musique aurait donc un sens qui nous retient captif plus que nous le captons. On ne peut s’y dérober, elle nous emmène sur son terrain, même à corps défendant, puis on se laisse transporter avec elle. Encore un coup du système neuro-végétatif (cf. video ci-dessous).
Mais comment réussit-elle ce tour de passe-passe ? Comment a-t-elle cette force de nous révéler l’accès à un sens qui ne se donne ni à lire ni à voir, comme dans la littérature ou la peinture ? S’adresse-t-elle seulement au sensible ? Surpasse-t-elle l’intelligible en lui faisant un pied de nez au passage ? Comment communiquer des sensations, des émotions ou des idées, voire raconter des histoires…à travers la seule organisation savante de sons, de rythmes et de silences ?

La mémoire et ses jeux associatifs ; L’anticipation et la récompense
Rappelle-toi de telle ou telle mélodie qui a marqué ton esprit. Est-elle triste ou apaisante, euphorique ou martiale ? Telle une « Madeleine de Proust », l’émotion que tu lui associes est intimement liée à un événement et à ton vécu. En raison des associations réalisées par ta mémoire, la même ligne musicale n’aura pas nécessairement le même effet pour d’autres. Mais dans ce cas, l’émotion n’est pas d’origine musicale. Qu’en est-il d’une émotion suscité simplement par une expérience musicale sur le vif ? Un même accord poignant de la musique occidentale produirait le même effet dans les oreilles (ou plutôt dans le cerveau) d'un peuple habitué à la gamme pentatonique et aux quarts de tons? Ou l'association des sons à des émotions relève-t-elle de codes implicites issus d'un contexte culturel particulier? L’émotion de la musique lui appartient-elle ou est-elle acquise ? Un son musical ne fait-il sens que par référence (par exposition à d’autres patrons d'intervalles similaires dans une culture donnée)? C’est l’heure d’"inquiéter l’universel" et de faire le test à notre échelle.  Tu veux contribuer à notre laboratoire épistolaire ?
 

 

Que nous dit la musique ?
C’est vrai que la musique nous dit bien quelque chose. Ce « discours musical », tel qu’on le nomme, ressemble d’ailleurs parfois trait pour trait à une structure de réflexion : il expose une première idée musicale, la suite vient la compléter, la contredire ou en tester des variations. Un dialogue s’instaure entre plusieurs voix, et chacune développe sa phrase harmonique comme on le ferait pour clarifier notre pensée. On peut donc admettre que ce langage, aussi singulier soit-il, s’articule avec les mêmes mouvements que la pensée rationnelle.

Certains affirment pourtant que, fondamentalement, la musique ne ”transmet” pas de sens, mais ”suggère” ou ”évoque” simplement, au-delà d’un discours rationnel. « Le langage moins le sens », c’est ainsi que Levi Strauss la qualifie. Pas de sens ? Mais alors comment se fait-il que nous comprenions intimement ce qu’elle nous dit ? Le compositeur russe Igor Stravinski va même jusqu’à écrire à son égard : « Je considère la musique par essence impuissante à exprimer quoi que ce soit : un sentiment, une attitude, un état psychologique, un phénomène de la nature, etc. L’expression n’a jamais été la propriété immanente de la musique. » (in tome I des Chroniques de ma vie). 
Impuissante, la musique ? Mais alors, comment nous touche-t-elle ? Et si son pouvoir ne vient pas de l’expression, d’où vient sa force ? 

L’absence de sens concret rendrait-il justement le message plus impactant ? C’est vrai qu’un mot usé affadit la communication tandis qu’une note toujours fraîche et renouvelée, produira toujours son petit effet quoiqu’il arrive. Vladimir Jankélévitch, philosophe et musicologue français nous l’explique bien mieux :
« La musique, à la différence du langage, n’est pas entravée par la communication du sens préexistant qui déjà leste les mots ; aussi peut-elle toucher directement le corps et le bouleverser, provoquer la danse et le chant, arracher magiquement l’homme à lui-même. » 
C’est donc cela : fort de se trouver indépendant de toute référence extérieure, ce mystérieux langage abstrait se présente tel qu’il est, en toute authenticité. Une sincérité bouleversante qui ne peut nous laisser de marbre.
 

 

  • Et toi, qu’est-ce que la musique te fait ?  Quel rôle joue-telle dans ta vie ? Comment nous relie-t-elle les uns aux autres ? Que se passerait-il si la musique disparaissait d’un jour à l’autre ? A quoi sert-elle ? Nous aide-t-elle à mieux penser ou au contraire nous fourvoie-t elle ? On te donne carte blanche pour mettre en mots tes réflexions à propos des émotions musicales, du « sens » de la musique -ou de son absence (à toi de voir)- de son impact sur la société et de son pouvoir. Puis, au détour d’une de tes idées, profites-en pour nous partager-ton dernier frisson musical
  • Si tu te sens une âme d'artiste, laisse tes mots prendre une forme musicale (convoque rythme, rimes et les allitérations, etc.) ou plus généralement une forme créative inattendue (calligrammes, dialogues fictifs entre compositeurs, etc.). Bref, démarque-toi et étonne-nous!